Accueil > Communiqués et Déclarations > Le Fonadh préoccupé par « l’absence de dialogue par rapport à la situation actuelle » en Mauritanie

Le Fonadh préoccupé par « l’absence de dialogue par rapport à la situation actuelle » en Mauritanie

A l’instar de la communauté internationale, notre pays célèbre le 10 décembre, journée internationale des Droits de l’homme. Cette année le thème retenu est : LES DEFENSEURS DES DROITS DE L’HOMME « LES MEDIAS SOCIAUX ET DROITS DE L’HOMME »

Le rôle des défenseurs des droits de l’homme et des médias indépendants et libres est très important dans la promotion des droits de l’homme et dans la lutte contre l’impunité.

C’est pour protéger  ces défenseurs quela Commission Africainedes Droits de l’Homme et des Peuples a adopté un ensemble de résolutions s’inscrivant dans la protection des défenseurs des droits de l’homme.

Les Nations Unies ont également adopté une  Déclaration sur la protection des défenseurs des  droits de l’homme en 1998.

Malheureusement, les défenseurs des droits de l’homme et les journalistes continuent de subir des attaques répétées, des intimidations et violences limitant ainsi leur capacité  à jouer pleinement leur rôle et contribuer au renforcement de l’Etat de droit.

Cette commémoration intervient dans notre pays par l’absence de dialogue par rapport à la situation actuelle ; entre autres les problèmes liés à l’enrôlement de la population, à l’accaparement des terres de la vallée etc…

Par ailleurs,la Mauritanieest un des rares pays où persistent encore les pratiques esclavagistes, en plus de l’exclusion d’une composante de la population, le racisme, l’impunité et les violations des droits de l’homme les plus élémentaires.

Les autorités doivent envisager le règlement du passif humanitaire par la mise en place d’une commission indépendante dans le cadre d’une large concertation avec l’ensemble des acteurs, la poursuite du retour de l’ensemble des réfugiés encore au Sénégal et au Mali et l’application de la loi criminalisant l’esclavage.

La  mise en œuvre des  recommandations pertinentes dela Commission Africainedes Droits de l’Homme et des Peuples ( CADHP ) en 2000 à la session d’Alger, peut constituer la base de travail pour le traitement de ces problèmes  afin de leur apporter une solution adéquate.

Tout en reconnaissant certaines avancées par rapport à  ces questions et les insuffisances relevées dans leur mise en œuvre, nous recommandons aux autorités mauritaniennes de :

–  rompre le silence pour répondre positivement à l’intérêt grandissant porté par le peuple mauritanien au respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales afin de favoriser une véritable réconciliation nationale,

– prendre également des mesures protectrices à l’endroit des acteurs de la lutte contre l’impunité, notamment les défenseurs des droits de l’homme y compris les journalistes.

  Fait à Nouakchott, 10 décembre 2011

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :