Accueil > A la Une > Reportage exclusif: « Aziz dégage !!! », demande Touche Pas à ma nationalité, lors d’une marche, à Paris

Reportage exclusif: « Aziz dégage !!! », demande Touche Pas à ma nationalité, lors d’une marche, à Paris

Le dimanche 2 Octobre 2011, le parvis de la tour Eiffel à Paris était méconnaissable.  Cette place symbolique de la capitale Française d’habitude remplie de touristes et de vendeurs à la sauvette s’est vue investie par de nombreux de Mauritaniens de Paris et d’autre région françaises.

Photo d'archives prise par le site Boolumbal lors de la Manifestation à Paris le samedi 10 septembre de "Touche pas ma Nationalité"

Ce grand rassemblement s’est organiser au tours de 14Heures (heure de Paris) au tours d’un cercueil qui symbolise l’assassinat sommaire d’un jeune mauritanien de 19 ans manifestant à Maghama (dans le Sud de la Mauritanie) contre l’enrôlement jugé discriminatoire a l’endroit des negro-mauritaniens. Cette foule, qui a été estimée autour de 2000 personnes par les organisateurs et 1200 selon la police, est venue répondre à l’appel du  Mouvement Touche pas à ma nationalité.

Ce mouvement qui s’est d’abord constitué contre le caractère raciste et discriminatoire de l’enrôlement de la population, a, en effet, pris  d’autres dimensions face à la tournure dramatique des événements dans le Sud de la Mauritanie et sa capitale. Après les arrestations arbitraire des jeunes qui ont suivi la mort de deux des leurs ainsi que de plusieurs blessés Touche pas ma nationalité  semble aujourd’hui  déterminé à mener son combat jusqu’au bout.

« Les manifestations ne vont pas s’arrêter à Nouakchott et dans les autres villes et à l’étranger… ici à Paris tant qu’on nous donne l’autorisation
on manifestera. Nous voulons rendre honneur à Lamine et Moussa qui qui sont mort pour avoir réclamé un droit… Nous aussi nous demandons la justice et l’équité dans ce recensement. Maouiya  avait tué des mauritaniens noire… il est claire que Aziz s’inscrit aujourd’hui dans sa continuité… », 
confie Abou Sow un des organisateurs de la manifestation.

Vers 15h, le cortège de la manifestions avait quitté le parvis de la Tour Eiffel pour longer la Rue de Longchamp et se rendre à l’ambassade de la Mauritanie situe sur la rue Montevideo dans le 16ème arrondissement de Paris à 25 minutes de marche. En tète du Cortège, quelques huit enfants des deux sexes, symbolisant l’innocence et l’espoir bafoués  en Mauritanie portent le cercueil de l’un des «martyrs ». Sur ce cercueil  symbolique on pouvait voir la photo du jeune Lamine Mangane, le torse troué par une balle. Sur ce même cercueil on pouvait également lire  « Aziz m’a tué». La ligne des enfants était suivie par celles des femmes puis les hommes fermaient la marche funèbre.

Après la minute de silence qui a précédé le départ du cortège, des slogans que l’on pouvait déjà lire sur les pancartes et banderole ont été repris par les manifestant au son de vouvouzela, siffles, et autres tambourins. Aminata Ousmane Niang militante des droit de l’homme à participer à toute les manifestions de Touche pas ma nationalité en France.

Après plus d’une dizaine de minutes passer au mégaphone au cri de « Justice !!! »,  la foule lui répond  « pour Lemine Maguane!!! », ou  « Touche pas!!! »  « Ma nationalité » ou encore  « Aziz » « Dégage!!! » Aminata avait complètement perdu son souffle et était au bord d’une crise d’asthme. Face aux inquiétudes de ses proche Aminata jugeait sa situation dans une voix à peine audible moins triste, que celle des « jeunes qui se font tuer et arrêter en Mauritanie ». Il est clair que la détermination de cette dame est sans équivoque.

Le cortège à défiler pendant plus d’une trentaine de minutes pour arriver à l’ambassade de la Mauritanie où des CRS l’attendaient et avaient bloqué l’accès à la rue Montevideo qui donne accès à l’ambassade. Après de vibrants hommages rendus aux « Martyrs », les manifestants ont déposé le cercueil devant l’ambassade demandant à l’État de prendre toutes ses responsabilités dans les assassinats ou  les arrestations sommaires que subissent les jeunes
négro-mauritaniens. Ils demandent en outres l’arrêt des opérations d’enrôlement ainsi que la mise sur pied d’une commission d’enrôlement plus consensuelles.

La détermination semble aujourd’hui gagner une certaine frange de la jeunesse surtout noire qui réclame au delà de la  question de l’enrôlement le départ pure et simple du général devenu président à travers le slogan «Aziz dégage ». Ce slogan rappel ce que certains ont appelés le printemps Arabe. Est-il entrain de gagner la Mauritanie?

Les contextes ne sont certes pas les mêmes, de même que les origines des revendications. Mais en réprimant d’abord les manifestations dans la violence, le régime du Général nous rappel celui de Ben Ali ou de Moubarak qui, après leurs violences, ont fini par « dégager » sur la pression de la rue ou encore de celui Khadaffi ou Salleh qui ont installés durablement la violence dans leurs pays.

Reportage réalisé depuis Paris par Seydou Wane pour Info2larue.

Toute reprise d’article ou extrait d’article devra inclure une référence à www.info2larue.wordpress.com

Publicités
Catégories :A la Une
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :